bonheurdamesOctave Mouret affole les femmes de désir. Son grand magasin parisien, Au Bonheur des Dames, est un paradis pour les sens. Les tissus s’amoncellent, éblouissants, délicats. Tout ce qu’une femme peut acheter en 1883, Octave Mouret le vend, avec des techniques révolutionnaires. Le succès est immense. Mais ce bazar est une catastrophe pour le quartier, les petits commerces meurent, les spéculations immobilières se multiplient. Et le personnel connaît une vie d’enfer. Denise échoue de Valognes dans cette fournaise, démunie mais tenace.
Zola fait de la jeune fille et de son puissant patron amoureux d’elle le symbole du modernisme et des crises qu’il suscite.

Ce livre fait partie d'un ensemble appelé la fortune des Rougon (nana, le ventre de Paris entre autres) il décrit Paris en pleine évolution( la révolution industrielle). Livre lu il y a bien longtemps (j'étais en seconde c'est pour vous dire). C'était ma période grand classique, ces détails, cette minutie, on entendrait les tissus en mouvement, les élégantes. Je l'ai retrouvé par hasard dans un carton et je pense que je vais relire.